Bienvenue 
sois le bienvenu parmis nous sur ce forum.
j'espere que tu t'amuseras bien ici Wink

    GigaTribe

si vous voulez trouver des manga et dautre chose cliquez sur la baniere ;p
tout petit cours sur la revolution.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Oscar et son monde Index du Forum -> Histoire avec un grand H -> la Révolution
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
marquise
Membre d"honneur
Membre d

Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2006
Messages: 230
Personnage dans la zone RPG: etudiante en masters histoire
Localisation: lorraine

MessagePosté le: 15/09/2006 10:33:20    Sujet du message: tout petit cours sur la revolution. Répondre en citant

LA REVOLUTION FRANCAISE.

I. LA FIN DE LA MONARCHIE ABSOLUE.
1.1. L ECHEC DES REFORMES.
La révolution est un phénomène complexe dans laquelle plusieurs forces s'affrontent: la noblesse/ le clergé / la paysannerie / le petit peuple urbain.
Au cours de cette période, il y aura des alliances qui se nouent et varient a travers la période.
La monarchie française est en crise financière à cause de la guerre d'indépendance des Etats Unis d'Amérique. On pense que c'est également à cause des privilèges. Louis XVI fait appel à Calonne qui propose des mesures fiscales : impôt sur les terres que payeraient la noblesse et le clergé.
Assemblée de notable en 1787 qui s’opposent à Calonne et aux impôts.
Loménie de Brienne est nommé et propose la même réforme que Calonne bien qu’il y fut opposé. Il crée des assemblées municipales élues. Le Parlement refuse d’agréer ce nouvel impôt. Lit de justice, Louis XVI vient au parlement pour faire adopter la loi et le 6 mai il finit par faire arrêter deux parlementaires.
Le conflit gagne la province.
Loménie de Brienne propose de réunir les états généraux en 1788 et renonce aux réformes voulues. Le roi rappelle Necker au ministère des finances qui confirme la réunion des états généraux. Le parlement insiste pour que chacun des trois ordres represente un tiers de l’assemblée mais contestation du peuple en décembre. Le roi cède et proclame le doublement du tiers. Les états généraux sont constitués de 300 représentants de la noblesse, de 300 du clergé et de 600 du tiers.

1.2. MISE EN MOUVEMENT.

La mise en mouvement se fait à deux niveaux.
Emeutes liées à la crise économique et sociale : contre la taxation des prix, les salaires trop bas.révolte contre la manufacture Réveillon le 27 avril 1789.
Il y a des révoltes paysannes et urbaines.
rédaction des cahiers de doléances à plusieurs niveaux (cf td n°1). Ces cahiers provoquent une véritable prise de conscience des difficultés pour l'ensemble de la population. Ils traduisent un espoir de changement et une confiance et soumision envers le roi.

1.3.LA REVOLUTION POLITIQUE DU TIERS.

Le 5 mai 1789, les états généraux s'ouvrent à Versailles dans la salle des menus plaisirs. Long discours de Necker.
Le 6, les états ont du mal à se réunir. 3 salles pour les 3 ordres. Le tiers refuse et veut que tous les ordres siègent en une seule assemblée. Ce sont deux conceptions qui s'opposent: ancienne avec les états généraux et nouvelle avec l'idée d'assemblée. Entre le 6 mai et le 10 juin la situation sera bloquée. Le 12 juin, le tiers décide de vérifier les mandats par baillages pour les 3 ordres.
Le 17 juin, les députés du tiers plus quelques membres du bas clergé se proclament assemblée nationale.
Le 19 juin, la majorité du clergé se rallie à l'assemblée tandis que le Roi et la noblesse refusent et ferment l'assemblée.
Le 20 juin, serment du jeu de Paume.
Le 23 juin lors d'une scéance royale, Louis XVI promet quelques réformes.
Le 24 juin la majorité du clergé plus quelques membres de la petite noblesse se joignent à l'Assemblée qui devient Assemblée Nationale Constituante le 9 juillet.
Le roi fait venir des régiment provinciaux à Paris et des incidents se multiplient à Paris.
Renvoi de Necker.

1.4. L'IRRUPTION DES MASSES POPULAIRES.

L'agitation se diffuse dans les campagnes, des châteaux sont incendiés.
A Paris, le royal allemand charge au champs de mars. au palais royal, fraternisation des gardes françaises.
Le 12 juillet, Camille Desmoulins proteste contre le renvoi de Necker et aborde une cocarde verte en signe de patriotisme. Le régiment du prince de Lanbesc charge le peuple.
Mobilisation du peuple de Paris et barrières d'Octroi incendiées le 12 juillet.
Le 13 juillet, pillage de la maison Saint Lazard.
Le 14 juillet au matin, enlèvement des canons et des fusils aux invalides. la poudre se trouvant à la Bastille le peuple va la prendre et libérer les prisonniers.
Le 15 juillet le roi annonce à l'assemblée le retrait des troupes étrangères, il se rend à Paris le 17 à l'hôtel de ville et on lui remet la cocarde tricolore.
FIN DE LA MONARCHIE ABSOLUE.

II. LA FIN DE L'ANCIEN REGIME.

2.1. LA REVOLUTION MUNICIPALE.

Changements sociaux de Juillet à Août 1789. En écho à la révolution parisienne: révolte partout en province.

création de municipalité et de milices bourgeoise...
Pillage de l'hôtel de ville de Strasbourg le 22 juillet.



2.2 LES REVOLTES PAYSANNES.

Emeutes anti seigneuriales.
Fin juillet début Aout: la grande peur. Se développe surtout en Picardie, ,Champagnes, Normandie. Dans les villages, supposition d'invasion des brigands qui sont de mèche avec les aristocrates. Les paysans cherchent des armes et mettent les bourgs en état de défense. C'est un engrenage de nouvelles. Or il n'y aura pas de brigands mais la révolte de peur se retourne contre les seigneurs. Les archives des châteaux sont brûlées. Signature de la fin des privilèges. Inquiétude de la Noblesse.

2.3 LA NUIT DU 4 AOUT.

Quand l'Assemblée apprend les troubles, la bourgeoisie a peur, elle se demande si c'est bien de se ranger du côté de la noblesse. Il faut essayer de proposer un compromis. Le 3 août, le club breton prépare un sénario: un chef de la noblesse libérale doit renoncer à son droit seigneurial.

Le 4 Août, c'est le vicomte de Noaille et le duc d'Aiguillon. Suppression des privilèges mais rachat des autres droits ( champards...).
Tous les députés se précipitent à la tribune pour proposer la suppression d'autres privilèges ( nobiliaire, du clergé, des villes...).

un texte générale est adopté, c'est la fin des privilèges et l'abolition du droit seigneurial. Mais lors de la rédaction des décrets, retour en arrière (Rachat des droits réels).

C EST LA FIN DE L ANCIEN REGIME? L' INEGALITE DE NAISSANCE EST SUPRIMEE.


III. LES RESISTANCES DU ROI ET LES JOURNEES D OCTOBRE.

3.1. LA DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME.

Les constituants pensent qu'il est nécessaire de tout mettre par écrit.
La discussion des droits s'est faite avant le 4 Aout et les événements ont accéléré les textes qui sont votés le 26 août 1789.= égalité en droit devant l'impôt, civile, politique, d'accès aux fonctions. Liberté individuelle ou personnelle, de presse, d'opinion, de conscience, souveraineté nationale (éléction de représentants). Droit à l'insurrection et la résistance à l'oppression. Le droit à la propriété est réafirmé.
Les droits de l'homme marquent la fin de l'ancien régime et la naissance d'un nouveau régime ou s'organise la politique et la société.

3.2. LES JOURNEES D OCTOBRE.

A Paris, annonce de la contre révolution des officiers, problème de nourriture; les femmes se mettent en marche à Versailles. Manifestation sous les fenêtres du roi avec le scandement "du pain à Paris"
La Fayette pousse le roi à revenir à Paris au câteau des Tuilleries. Louis XVI signe enfin les décrets et la déclaration des droits de l'homme.
C'est la fin de la première phase de la révolution. Avec jonction de la boureoisie, du bas clergé et des masses populaires dans les villes.
Cet alliance va t'elle durer?
La révolution est elle finie?
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 15/09/2006 10:33:20    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
marquise
Membre d"honneur
Membre d

Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2006
Messages: 230
Personnage dans la zone RPG: etudiante en masters histoire
Localisation: lorraine

MessagePosté le: 15/09/2006 10:36:15    Sujet du message: tout petit cours sur la revolution. Répondre en citant

CHAPITRE DEUX: LA MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE ET SON ECHEC
1790 - AOÜT 1792



Les années 90-91 début 92 sont des années de reconstruction politique, administrative...
Cette transformation est réalisée par la constituante. Durant cette période on distingue l'année 1790 (année La Fayette) ou se met en place toute l'oranisation et les années 91/92 qui sont un dérapage et marquent la reprise de la révolution.

I. 1790, UNE ANNEE CALME ?

1.1. LES FORCES POLITIQUES

cf schema.

1.2.L ACTIVITE DE L ASSEMBLEE ET L APOGEE DE LA FAYETTE.

L'assemblée et ses comités découpent la France en département, district... elle réforme le clergé.
L'assemblée prépare une constitution pour fin 91 . Compromis entre les forces politiques, équilibre.
Le marquis de Lafayette, commandant en chef de la garde nationale a fait accepter au roi l'idée de la révolution.
En mai 90 les gardes national élisent des députés pour aller à Paris lors de la fête de la fédération qui a lieu le 14 juillet.
Au champ de Mars, un autel est construit, l'évêque Talleyrand dit la messe , et le roi prête serment au nom de la Patrie avec Lafayette. Cette fête est le symbole de l'unité nationale.

1.3. LES OPPOSITIONS ET LES DIFFICULTES

Des révoltes paysannes continuent en France.
Certains nobles restent opposés à la révolution et emirent à l'étraner comme les deux frères du roi qui partent en juillet 90.
Révoltes dans les villes entre Patriotes et Nationaux ou Catholiques et protestants: guerre de religion.
cette agitation est aussi dûe au double rôle du roi.
L'armée est agitée de tension entre les officiers (nobles) et les troupes (patriotes). Août 90 affaire de Nancy est un scandale!
L'église est elle aussi marquée par une période de crise: la constitution civile du clergé est votée en 89. Et 90, vente des biens nationaux. 400 000 000 de biens gagés. Création de la monnaie de papier

II. LES DIFFICULTES DE LA MONARCHIE

2.1. LE RECLASSEMENT POLITIQUE.



Hausse des difficultés.
Chute de la popularité de Lafayette.

apparition de la radicalisation des masses populaires.
* nouvelles émeutes rurales contre les droits féodaux
* création de nouveaux clubs dans les villes.

2.2 . LE SCHISME RELIGIEUX.

la CCC qui a été adoptée suppose que les prêtres prêtent serment dans l'église paroissiale et devant la garde nationale. mais beaucoup de refus des prêtres car le pape est contre la constitution et la condamne. (mars avril 91). Division de la France. 5 pour cent des prêtres de Bretagne refusent de prêter serment. Les Vosges prêtent majoritairement serment. Les prêtres réfractaires ou assermentés sont exclus et remplacés par des prêtres sermentés. il y a deux clergés en France: schisme religieux!

2.3. LES EMIGRES, VARENNES ET LA CONSTITUTION.

Dans la pays se développe encore des groupes contre la Révolution. (Arles en Provence).
A l'étranger, des émigrés constituent des groupes armés. Ces groupes s'opposent à la Révolution et ardent contacte avec le roi qui est poussé à partir en Juin 91 vers le nord est. Le roi est reconnu et est arrêté à Varennes et il est ramené à Paris sous escorte armée.
En France, double réaction:
* le roi a fuit son pays en traître donc il faut une République.
* c'est une catastrophe politique, le roi a été enlevé.
les deux idées s'affrontent et le 17 juillet une pétition est signée au champs de mars (6000 signatures) pour demander la destitution du roi et l'avènement de la République. La troupe de la garde nationale tire sur la foule 50 morts.

Approbation de l'Assemblée pour la constitution, L'Assemblée se sépare et élection d'une nouvelle Assemblée. Aucun membre de l'ancienne ass ne peut être réélu.



III. LA FIN DE LA MONARCHIE.

3.1. LA NOUVELLE ASSEMBLEE.

L'assemblée voit un glissement à gauche.
Le roi refuse cette évolution mais fait semblant de l'approuver. il nommera à son gouvernement tantôt les uns tantôt les autres.

3.2. LA MONTEE DES DIFFICULTES INTERIEURE

La contre révolution se développe dans le midi, Bretagne, Vendée. la crise économique reprend à la fin 91 car les récoltes sont médiocres et hausse des prix des céréales.= Emeutes dans les villes et révoltes contre les droits seigneuriaux dans les campagnes.
Développement d'un mouvement: les sans culotte. ils demande la taxation des prix, l'égalité politique et sociale. Le ss culotte est armé et demande son armement. Se rapproce des Montagnards et demande des portes paroles comme Marrat.

3.3 LA GUERRE ET LA SECONDE REVOLUTION.

tous les groupes politiques veulent la guerre pour des raisons différentes.
* Les Fayettistes veulent que La Fayette devienne président.
* Girondins veulent étendre la révolution à tous les pays d'Europe.
* Le Roi veut que la France qui n'est pas assez armée soit battue.

Contre la guerre:
* Montagnards
* Lamethistes
* Constitutionnels

Mais la guerre est déclarée le 21 avril 1792.
Les girondins demandent des mesures révolutionnaires, ils proposent de lever 20 000 gardes nationaux pour protéger Paris puis proposent de licencier les gardes du roi. Le roi refuse avec son droit de veto. Manifestation le 20 juin 92 aux Tuilleries par des gens du peuple en armes.
Les girondins hésitent à continuer la révolution; Les ss culotte préparent une seconde Révolution en profitant des fédérés marseillais (30 juill).
Manifeste de Brunswick provoque la seconde révolution. le tocsin sonne le 9 août, un cortège va au Tuilleries pour destituer le roi.
Combat le 10 août, le roi se réfugie à l'ass. Les émeutiers demandent la destitution du roi. l'assemblée vote la destitution du roi qui est enfermé au Temple. C'EST LA FIN DE LA MONARCIE CONSTITUTIONNELLE.
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
marquise
Membre d"honneur
Membre d

Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2006
Messages: 230
Personnage dans la zone RPG: etudiante en masters histoire
Localisation: lorraine

MessagePosté le: 15/09/2006 10:36:53    Sujet du message: tout petit cours sur la revolution. Répondre en citant

CHAPITRE TROIS: LA SECONDE REVOLUTION.
10 AOUT 1792-9 TERMIDOR DE L'AN II.

I. LA PREMIERE TERREUR: AOUT - SEPTEMBRE 1792.

1.1 DES POUVOIRS OPPOSES.

Période très brève.
* Le pouvoir est exercé par un conseil executif nommé le 11 août : ministre girondins, démocrates et montagnards (Danton).

* le pouvoir de la commune est créé le 8 et le 9 août dominée par des sans culottes.

* L'Assemblée législative sans les girondins et les montagnards.
Ces trois pouvoirs cherchent à collaborer malgré des différences.

1.2. DES MESURES RADICALES.

* Des mesures pour les paysans: vente des biens du clergé et des émigrés par petit lots, partage des biens communaux, annulation des triages, abolition des droits féodaux.
*Des mesures de sécurité: déportation des prêtres réfractaires, création de tribunaux révolutionnaire...


1.3. L'INVASION ET LES MASSACRES DE SEPTEMBRE.

Au mois d'Août, l'armée prussienne et autrichienne entre en France. Ils prennent Longwy et Verdun. Danton demande aux troupes de partir vers les frontières mais avant il y a des massacres de prisonniers les 4 et 5 septembre. Des tribunaux populaires sont instaurés. 1400 victimes. durant ces massacres Danton ne fait rien.

1.4. LES ELECTIONS ET VALMY.

Partout en France des elections ont lieu. La convention est élue au suffrage universel.(cf cd)

Frontière naturelle, L'Argonne.
Valmy siège de l'armé française. les français tiennent bon face aux prussiens qui battent en retraite. Cette victoire de Valmy est importante.

L'Ass se réunit à Paris. le 21 septembre la convention abolit la monarchie et le 22 la république est proclamée.

II. LA LUTTE ENTRE GIRONDE ET MONTAGNE.

2.1. LA CONVENTION GIRONDINE.

La convention se compose de 749 députés, tous républicains et hostile à la monarchie.
Trois forces politiques:
* Les Girondins: libéraux, ils croient à la bonté de l'Homme. Manon Roland, Condorcet, Brissot, Vergniaud. Bourgeoisie des avocats, des commerçants et des commis d'Etat.

* les Montagnards: surtout élus à Paris. sensible aux idées de Rousseau, Assemblée doit faire le bonheur du peuple. Ce sont aussi des bourgeois. Marat, Robespierre, Danton.

* La Plaine. (les independants). l'affrontement entre Girondins et Montagnard se fait à cause de la Plaine.

Les sans culottes ne sont pas représentés à l'Assemblée.

Convention Girondine (domination des Girondins) Les mesures radicales ne sont pas appliquées par la convention Girondine, d'oû les tensions entre Girondins et Montagnards. Abolition du tribunal populaire.

2.2. LE PROCES DU ROI.

Le roi est enfermé au temple. A l'Assemblée les Montagnards veulent le juger. Les Girondins refusent.
Le procès du roi a finalement lieu devant la convention. le roi a deux avocats. divers débats ont lieu sur le mode de jugement, peine encourue...
683 députés le jugent coupable, le vote de la mort l'emporte. le roi est guillotiné le 21 janvier 93.

Entre décembre et janvier 93, affrontement entre les deux partis.

2.3. DES DIFFICULTES CROISSANTES.

Il y a des succès militaires (Nice, Jenap).
Après la mort du roi, une coalition se constitue, la France est battue à la défaite de Neerwinden.
La convention décide de lever 300 000 volontaires pour faire face aux armées ennemies.

Insurrection de la Vendée à cause de la levée des volontaires, refus de la CCC, le peuple s'insurge contre la République. Cette insurrection se développe en juin 93. elle connait des succès, les Girondins ont du mal à faire face.

Problèmes économiques.
Crise économique , financière, dévaluation de l'assignat (monnaie papier).
Crise de subsistance, le blé ne circule pas et son prix augmente.
Les girondins ne veulent pas faire de l'ombre au commerce.
Il faut prendre des mesures pour rétablir la situation.

3.4. LA CHUTE DE LA GIRONDE.

les montagnards reprochent aux girondins de ne pas prendre les mesures nécessaires.
Ils ont une influence sur la plaine, et prennent des mesures ensemble contre les girondins en juin 93. retournement de majorité sous la pression des sans culottes.
Les Girondins réagissent en traduisant Marat devant le tribunal révolutionnaire. il est acquitté.
Deux insurrections: le 31 mai 93 et le 2 juin. les sans culottes et la garde nationale encerclent la convention et votent l'arrestation des Girondins.

________________________________________________

cours du 25/11/04


Comment assurer la République? Comment éviter la monarchie?
Comment assurer la bourgeoisie de façon stable?
Plusieurs régimes se succèdent.
* La convention thermidorienne.
• Le Directoire.
* le consulat et l'empire.
Oeuvre de stabilisation politique et économique. stabilisation des acquis de la révolution.

I. LA CONVENTION THERMIDORIENNE

juillet- août 94 à septembre 95.
La convention apparait comme une continuité du régime précédent mais à l'assemblée, la convention est dominée par la Plaine qu'agrège autour d'elle des rescapées montagnards et girondins: les thermidoriens.

1.1. POLITIQUE D'ABANDON DES MONTAGNARDS.

Retours à la liberté, suppression du tribunal révolutionnaire, suppression des comités de surveillance, supp de la loi de prairial, ouverture des prisons, mise en place d'une rotation dans le salut public et sûreté générale. Pacification de la Vendée.

Au niveau économique: retour au libéralisme éco, abandon des réquisitions= hyper inflation et effondrement de l'assignat. les prix s'envolent!
Misère totale pour les pauvres. Abandon du dirigisme éco établi par Robespierre.

1.2. LA RENAISSANCE DES OPPOSITIONS.

Ce retour à la Liberté:

* mécontentement des sans culottes: ils exigent qu'on revienne au système politique et économique de l'An II. (prix bloqués). mais l'Ass refuse et les dirigeants sont expulsés et déportés.

* l'opposition des royalistes, les Muscadins (gens de bonne famille). réveil Vendéen avec les Anglais et les émmigrés qui débarquent à Quiberon. Une terreur blanche dans le sud avec le massacre des révolutionnaires par les royalistes.


La convention de l'an III.
Avec 5 directeurs, 2 assemblées ( les 500 et les Anciens, élus au suffrage censitaire pour éviter que les sans culottes votent). la convention décide que les 2/3 des députés sortant seront réélus= insurrection royaliste.
Le 13 Vendémière de l'An IV: coup d'état royaliste (sept 95).
Bonaparte écrase l'insurrection. La convention se sépare.

II. LE PREMIER DIRECTOIRE. oct 95 à sept 97.

2.1. UNE OEUVRE DE STABILISATION ADMINISTRATIVE.

Le Directoire s'installe avec l'Assemblée des 500 et met en place une administration locale simplifiée avec deux niveaux: le département et le canton. Suppresion du district et de la commune.
Création d'une municipalité de canton avec élection d'un président et un député élu dans chaque commune. + deux commissaires du directoire executif qui transmettent les decisions du pouvoir central.

On crée une bureaucratie, au niveau des départements, des communes. Mise en place d'une administration cohérente.

Le Directoire réorganise la justice avec épuration des juges compromis dans la Terreur. Les juges ne seront plus élus mais nommés.
Système scolaire cohérent avec des écoles primaires payantes. La commune doit se débrouiller et payer. Création de collèges privés.
Création de grandes écoles ( écoles des mines, normal sup: formation des cadres de la nation.)

Stabilisation des cadres de la religion: les églises sont ouvertes, le culte reprend et plusieurs églises coéxistent comme l'église constitutionnelle, l'église réfractaire, l'église décadaire (laic).
Le Diretroire crée une nouvelle religion la Théophilantropie : amour de Dieu et des Hommes.

2.2. DANS LE DOMAINE ECONOMIQUE ET SOCIAL.

Oeuvre de stabilisation: l'inflation s'achève, l'assignat est abandonné, remplacé par le mandat territorial. Echec, retour au numéraire (monnaie).
retour progressif à la stabilité monétaire après une phase de troc . mise en place des trois impôts directs décidés en 1790. Achève de vendre les biens nationaux.

Accroisement des différences sociales. La bourgeoisie s' enrichie beaucoup, les rentiers sont ruinés, le brigandage se développe.

2.3.L'INSTABILITE GOUVERNEMENTALE.

Les royalistes sont écrasés en Vendémière de l'An IV. Interdiction des imigrès de voter.
Poussée des Jacobins, de nouveaux clubs se mettent en place, ils dénoncent le régime.
Gracus BABOEUF propose une égalité totale entre les riches et les pauvres et propose une société communiste, d'associés et une répartition égale des fruits du travail.
Il veut faire une journée insurrectionnelle pendant l'hiver 95-96.
la police entre dans le groupe et fait croire qu'il y a des insurrections. c'est un piège. Baboeuf est jugé et guillotiné en 97.

Poussé royaliste fin 96- début 97, avec une reprise exemplaire de la Chouannerie, Terreur blanche dans le Midi, des clubs royalistes réapparaisent.
Les royalistes gagnent les éléctions de germinal an V, l'Assemblée est dominée par eux et un des directeurs est royaliste. = tension.
Le directoire fait un coup d'état, le 4 sept 97, les députés royalistes sont arrêtés et dispersés. Le directeur est destitué, tous les royalistes sont chassés de France.
Mesures prises contre les prêtres réfractaires qui sont déportés en Guyanne.
Politique d'exception est mise en place.
Fin du premier directoire.
Serment de haine à l'Anarchie et à la Monarchie.

III. L'ECHEC RELATIF DU SECOND DIRECTOIRE.


L'oeuvre de stabilisation se continue. assainissement financier avec la banqueroute des 2/3. perte de valeur de la monnaie.
régularisation des impôts. Nicolas François joue un rôle important pour stabiliser et encourager l'essor économique.
Création d'un institut national des sciences et des arts.

3.2. REGIME SANS ASSISE NI EMPRISE.

Faiblesse de l'enracinement local, les municipalités de cantons fonctionnent mal, la participation aux éléctions est faible et il y a de multiples affrontements entre les partis à l'Assemblée.
Méfiance de la bourgeoisie vis à vis des assemblées.
Le régime a peu d'emprise car mécontentement contre la déportation des prêtres réfractaires.
ECHEC DE LA POLITIQUE INTERIEURE!

3.3. ECHEC EXTERIEURE.

Pillage d'Italie.
Expédition en Egypte de Bonaparte.
Reprise de la guerre en Europe en l'An VIII, échec militaire! La France est menacée d'invasion.
Cet échec accélère la décomposition politique.

3.4. LA DECOMPOSITION.

Remontée des Jacobins qui gagnent les élections de Germinal an VI mais annulé par le gouvernement en Floréal an VI.
mais le régime s'affaiblit Seiyes est élu et devient directeur mais il veut modifier la constitution et faire un coup d'état malitaire avce Bonaparte.

Crise confuse en été an 7. poussée jacobine, frontière peu sûre. la seule solution est le coup d'état.
Bonaparte revient en France et le coup d'état a lieu avec des négociations avec les 5directeurs qui démissionnent tous. Bonaparte se présente pour être élu mais cela tourne mal et il f ait évacué la salle militairement. C'EST LE 18 BRUMAIRE DE L'AN VIII.( nov 99).

Quelques députés sont resté et nomme 3 consuls pour faire une nouvelle constitution.
FIN DE LA REVOLUTION FRANCAISE.
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
marquise
Membre d"honneur
Membre d

Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2006
Messages: 230
Personnage dans la zone RPG: etudiante en masters histoire
Localisation: lorraine

MessagePosté le: 17/09/2006 11:48:01    Sujet du message: tout petit cours sur la revolution. Répondre en citant

si vous voulez plus de precision sur un point ou que je traite un sujet en particulier demandez moi! je suis là pour!
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 23/11/2017 03:24:43    Sujet du message: tout petit cours sur la revolution.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Oscar et son monde Index du Forum -> Histoire avec un grand H -> la Révolution Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_red par Leparachute
Oscar et son monde Index du Forum